Prière de Socrate

Eh ! comment, voyant l'ordre où marche toute chose,

Pourrais-je, en admirant ces prodiges divers,

Cet éternel flambeau, ces mondes et ces mers,

En admettre l'effet, en rejeter la cause ?

...

Mais qu'es-tu cependant, être mystérieux ?

Qui jamais osera pénétrer ton essence,

Déchirer le rideau qui te cache à nos yeux,

Et montrer au grand jour ta gloire et ta puissance ?

...

Brûlant de Te connaître, ô divin Créateur !

J'analysai souvent les cultes de la terre,

Et je ne vis partout que mensonge et chimère ;

Alors, abandonnant et le monde et l'erreur,

Et cherchant, pour te voir, une source plus pure,

J'ai demandé ton nom à toute la nature,

Et j'ai trouvé ton culte en consultant mon coeur.

...

Gérard de Nerval, Prière de Socrate, Gallimard, 1995, pp.65-66.

illustration